Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
les voyageurs des vents au tour du monde

les voyageurs des vents au tour du monde

Petit tour du monde en famille pendant près de 6 mois: Pérou-Chili-Nouvelle Zelande-Australie-Cambodge-Laos-Birmanie. Un sac à dos chacun, peu de préparation mais plein d'aventures à venir et un retour vers l'essentiel

Publié le par ASo

Nous voilà de retour un peu plus tôt que prévu au camping de Darwin.

Dimanche c'est la fête des pères les enfants ont offert une cocotte et un dessin de Juliette à Lilian et une jolie carte virtuelle. La cocotte lui permettra d'avoir des services des enfants "faire la lessive", "faire la vaisselle", "sortir la boite à caca" ou même "massage des pieds".. Nous avions fêté la fête des mères en Nouvelle Zélande de la même façon et c'était à la même date qu'en France, mais la fête des pères en Australie est le 3 septembre donc nous la souhaitons à la Française, le 18 Juin.

Ce soir nous retournons au marché de Mindil Beach.

Demain matin, un petit tour chez le Barbier pour une autre coupe de cheveux pour Merric, et le soir petit resto pour mon anniv au Jetty, choisi par les garçons. En bord de mer sur une terrasse en pilotis, nous mangeons en buffet du Baramundi, célèbre poisson bien aimé des australiens, des huitres, des moules mais aussi du bœuf, du porc ou des lasagnes. Rien de très typique ou réellement fin mais le cadre est magnifique et les garçons jettent de la nourriture aux gros Barramundi qui nagent en-dessous de nous. J'ai été gâtée: j'ai eu des bijoux en cadeau et un petit haut d'été brodé. Belle soirée.

 

Barber shop
Barber shop

Barber shop

le restaurant sur pilotis
le restaurant sur pilotisle restaurant sur pilotis
le restaurant sur pilotis

le restaurant sur pilotis

Au camping, Juliette participe aux activités des enfants, cela lui permet de parler un peu anglais et de rencontrer d'autres enfants. Pour l'instant nous n'avons pas vu d'autres français à part un jeune couple, David et Marie qui sont en Australie depuis le début de l'année et ont trouvé un travail sur Darwin pour se remettre de l'argent de côté pour finir leur voyage, en fin d'année en Australie et peut-être au Cambodge après.

Juliette qui fait décore des cookies
Juliette qui fait décore des cookies

Juliette qui fait décore des cookies

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Notre prochain stop est une incursion en terres marécageuses car cette belle région est très marécageuse par endroit avec un écosystème très différent et une vie entre ciel et eaux où cohabitent différentes espèces d'oiseaux comme ces fameux perroquets blancs les Little Corella, comme les Ibis ou les Black Kite, et dans l'eau, les grenouilles, crapauds, poissons et ..crocos avec une touche d'esthétisme grâce à la présence placide des nénuphars.

L'endroit est plutôt apaisant. Nous traversons une plateforme en bois sur pilotis, une sorte de ponton qui nous introduit dans les entrailles du marécage, nous sommes maintenant entourés de plusieurs arbres assaillis par les perroquets blancs, et dont chaque branche en héberge une dizaine qui piaillent et s'envolent pour une chaise musicale aérienne.

Tout est paisible, d'un joli vert inondé de soleil et pourtant si frais, on s'y sent comme à côté du monde. Les perroquets y sont comme des enfants bruyants et hyperactifs surveillés par les Ibis (Hérons) des sentinelles flegmatiques plantés au milieu des fleurs de Lotus en plein mannequin challenge.

Nous repartons de ce petit coin "à part" et lorsque nous démarrons notre van, un oiseau attire notre attention en piaillant et levant ses ailes en signe d'inquiétude: il a pondu ses œufs par terre dans le parking, une quille de chantier a été déposée à côté pour prévenir les touristes. 

 

les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking
les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking
les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking
les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking
les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking
les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking

les wetlands (marécages) et l'oiseau et ses oeufs sur le parking

Nous repartons pour le camping de Cooinda, plus au sud. Nous nous installons pour un PB&B (Piscine, Bière, Bar). Au bar, j'entame la discussion avec un australien qui est maçon et travaille  pour la réhabilitation d'une mine d'Opale pour le gouvernement. Je lui demande si les feux aperçus le long des routes sont avolontaires et il me le confirme: c'est difficile à croire car ce paysage a l'air vraiment sec, mais non, la végétation peut encore supporter et combattre un feu, alors que d'ici quelques mois elle ne le pourra plus. Simple écobuage. 

Un vieil homme de taille moyenne et plutôt mince, le visage oblong et sec avec une longue barbiche grise et un chapeau de cowboy rejoint la table d'en face avec un serpent autour de son cou. Nous sautons sur l'occasion pour aller le questionner et peut-être toucher son serpent. J'essaye de comprendre le nom du serpent, avec son accent ça n'est pas facile! Je le fais épeler et nous regardons sur notre ami Google:

C'est un Python Woma, serpent qui est insensible aux morsures de serpents venimeux et se nourrit de ces derniers.

Nous lui demandons s'il est possible de le mettre autour du cou des enfants et prenons une photo; c'est un bébé serpent, il n'est pas très grand mais quand même chacun surveille la tête du serpent pendant la photo....on ne sait jamais!!

les alentours de Cooinda et le python Woma
les alentours de Cooinda et le python Woma
les alentours de Cooinda et le python Woma
les alentours de Cooinda et le python Woma

les alentours de Cooinda et le python Woma

Nous restons une nuit, demain nous souhaitons aller voir les Jim Jim falls, des grandes chutes d'eau avec un bassin en bas et un bassin en haut sans crocodile où nous allons pouvoir enfin nous baigner ! Cela nous fait bien envie et les Rangers nous ont dit que la route était ouverte.

Nous repartons donc en direction du Sud, un peu plus loin le feu a embrasé les 2 rives de la route et quelques flammes sont encore vivantes lorsque nous passons. Les herbes ont fondu en braise et seules subsistent les énormes termitières qui jalonnent cette région depuis notre entrée dans le désert, au sud.

le feu aux abord de la route et les termitières qui jalonnent le paysage
le feu aux abord de la route et les termitières qui jalonnent le paysage

le feu aux abord de la route et les termitières qui jalonnent le paysage

Lorsque nous arrivons à la bifurquation qui va aux chutes d'eau de Jim Jim Falls, nous rentrons sur une piste ocre et bien que les rangers nous aient dit qu'on pouvait la prendre en camping-car cette piste est du même genre que celle que nous avions voulu prendre vers Ayers Rock, elle est bosselée par des vagues et encore une fois, tout le contenu du camping-car s'entrechoque et résonne. Nous faisons quelques centaines de mètres, au cas où un miracle se produirait et la piste se transformerait en un asphalte lisse et brillant. Mais non pas de miracle. Nous sommes très déçus de n'avoir pas pu se baigner dans ces chutes d'eau qui avaient l'air plutôt paradisiaques.

Nous rejoignons la ville de PIne Creek qui est plus au sud juste à la sortie du parc mais pas d'arrêt, nous filons et rentrons à Darwin, nous y serons en début d'après-midi, dans 2h30 environ.

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Nous continuons notre route vers le parc National de Kakadu.

Nous nous arrêtons toujours au Visitor Center histoire de repérer les meilleurs coins à voir en discutant avec les Rangers qui sont toujours de bon conseil.

Nous commençons donc par se diriger au Nord de Jabiru pour voir Ubir, un autre lieu sacré pour les aborigènes avec des peintures rupestres et de grandes roches à escalader.

Eau, crème solaire, sac-à-dos, lunettes et casquettes, nous voilà parés pour une balade autour de Ubir. Le parcours est sympathique, les peintures racontent la chasse et les repas des aborigènes avec des dessins de Barramundi, de wallabies et d'autres encore. Nous remarquons des tout petits wallabies juste à côté de nous en train de glaner quelques nourritures dans les buissons.

Puis nous escaladons la roche pour arriver tout en haut, d'oû nous surplombons la vallée et les marécages. Comme dirait Merric on se croirait dans le Roi Lion lorsque Mufasa présente Simba à la jungle.

Au loin nous voyons beaucoup de fumée et des cendres volent dans le ciel. Encore un feu et certainement. Nous nous renseignerons plus tard sur son origine.

Les enfants escaladent un énorme rocher comme déposé là pour surplomber la vallée.

La marche est terminée et nous repartons dans notre cabane à roue.

Le seul camping que nous trouvons à Ubir sont sans électricité, sans toilettes ni douches, en fait ce n'est qu'un endroit où les caravanes et camping car sont autorisés à dormir, et pourtant c'est payant. Quitte à payer nous décidons de continuer plus bas et de rejoindre un camping plus équipé.

 

Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir
Parc National de Kakadu: Ubir

Parc National de Kakadu: Ubir

Petit tour à Jabiru pour y faire des courses. Puis direction le sud pour le camping de Cooinda. Demain matin nous irons voir Nourlangie Rock, une autre formation rocheuse sacrée avec d'autres peintures aborigènes.

Nourlangie Rock
Nourlangie Rock
Nourlangie Rock
Nourlangie Rock
Nourlangie Rock
Nourlangie Rock

Nourlangie Rock

Juliette en Jul (ou le look Madmax)Juliette en Jul (ou le look Madmax)

Juliette en Jul (ou le look Madmax)

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Cette semaine nous quittons le camping pour aller visiter le parc national de Kakadu. C'est un parc national dont l'entrée est payante et qui mérite d'être visité pour ses marécages, sa faune et sa flore, et ses chutes d'eau. Mais avant nous allons traverser le Parc national de Mary River, qui lui est beaucoup plus petit.

Comme d'habitude nous n'avons rien préparé même si nous avons vaguement lu que nous pourrions voir des crocodiles par-là.

C'est parti-go go go! Nous prenons la direction du parc sans savoir trop quoi faire, mais pendant que Lilian conduit je regarde sur Internet les activités possibles. Mais déjà nous croisons un panneau "Jumping Crocodiles" au bout d'à peine 1h de route. Les Jumping Crocodiles sont des crocodiles de la Mary River que les locaux font sauter en les appâtant avec de la nourriture accrochée au bout d'une barre, depuis un bateau rempli de touristes.

Nous prenons la direction qu'indique le panneau, mais en regardant leur site web je m'aperçois que le départ est à 11h et il est 10h50, la route est une piste où il n'est pas possible de rouler trop vite, je décide d'appeler les organisateurs pour leur demander de nous attendre...Bonne idée mais mauvaise réception, je ne reçois aucun signal pour téléphoner :(( Lorsqu'enfin je capte un maigre signal et que j'appelle, la personne m'indique qu'ils ne peuvent pas nous attendre, pourtant nous sommes juste au bout de la piste....Déception car le prochain départ est à 13h et nous préférons tracer. 

Nous nous arrêtons un peu plus loin au Visitor Center (l'office de tourisme) et nous nous renseignons auprès du ranger qui nous indique un bon camping et une autre compagnie qui organise des sorties en bateau pour voir les "Jumping crocodiles. Le Visitor Center est perché en haut d'une petit colline et de là, nous surplombons des champs parsemés de "Buffalo" surplombés eux mêmes d'oiseaux tout blanc posés sur leur dos. Le contraste est magnifique;

Les crocos au Parc national de Mary River (2ème semaine autour de Darwin)
Les crocos au Parc national de Mary River (2ème semaine autour de Darwin)
Les crocos au Parc national de Mary River (2ème semaine autour de Darwin)
Les crocos au Parc national de Mary River (2ème semaine autour de Darwin)

Nous avons juste le temps de nous faire un repas rapide sur le parking dans notre camping-car. Et après nous nous engouffrons dans le bateau pour apercevoir ces fameux crocos, et en effet au bout de quelques minutes, nous croisons Trevor, un gros crocodile qui saute pour attraper la viande accrochée au bâton de la jeune fille qui le lui tend. Spectacle sympathique d'autant que Trevor est assez imposant; Nous croisons aussi Shakira qui saute en se trémoussant à la manière de la chanteuse mais nous trouvons que les crocos ne sont pas super dynamiques, peut-être fait-il un peu chaud, il est 14h! En tout cas ils ont l'habitude du bateau de touristes et connaissent bien le jeu. A la fin du spectacle le capitaine lance des morceaux de viande à la volée aux oiseaux qui nous suivent depuis le début de la croisière, il s'agit de Black Kites et de Sea eagle, de la taille d'une buse, ils avaient déjà essayé de participer à l'attraction en "chipant" le morceau de poulet tendu aux crocodiles. Et maintenant une nuée folle de Black Kites marron et de Sea eagle (noirs et blancs) suit notre bateau comme des mouettes suivent un chalutier qui rentre au port. Ils font des raze-mottes puis des piqués pour s'approcher au plus près et se saisir de la viande de leur pates;

A la sortie du bateau, sur une table sont posés des pressbook représentant des couvertures ou articles de journaux relatant des histoires toutes les plus extra-ordinaires que les autres sur les crocodiles: "un croco l'a saisi par la tête mais il a pu en réchapper", ou, "elle est restée 18h enfermée dans sa salle de bain car un croco était dans son hall d'entrée", ou encore, "à 8 ans le petit Kevin a crevé les yeux d'un crocodile qui menaçait sa mère", en fait beaucoup de coupures de presse montrant des crocodiles en plein action dans la rivière ou bien retrouvés chez un habitant, tout cela nous empreint d'un certain mystère sur ces crocodiles qui sont sensés être partout et nulle part...méfiance..nous allons scruter les marécages autour pour vérifier si rien ne se dissimule, si rien ne menace, en silence.

Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel
Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel

Les Jumping crocodiles (crocodiles qui sautent) et les Kites et Sea Eagle qui nous suivent dans le ciel

Puis nous arrivons au camping qui nous a été chaudement recommandé. Ce camping est loin de tout, comme tout ici, et très bien intégré dans la nature, quelques cabanes, une grande étendue d'herbe bien verte et de beaux arbres plantés régulièrement. Même s'li fait très chaud, la végétation dans les campings ou à Darwin est bien verte car ils arrosent régulièrement.

Beau camping devant la rivière Mary River, des barbecues et nous sommes autorisés à faire un feu dans un barbecue au sol.

Le jour de notre arrivée nous avons profité du PBB (Piscine, Billard et Bar) puis nous avons fait une balade dans la nature où nous avons aperçu plusieurs Wallabies et cherché des crocos et des serpents autour d'un point d'eau avec un pont en bois du genre de ceux qu'Indiana Jones aurait pu franchir :)

Le camping et la marche des wallabies
Le camping et la marche des wallabies
Le camping et la marche des wallabies
Le camping et la marche des wallabies
Le camping et la marche des wallabies
Le camping et la marche des wallabies

Le camping et la marche des wallabies

Le second jour nous avons voulu louer des vélos mais ils n'en avaient finalement pas, donc nous nous sommes rabattus sur une voiturette de golf !! mdr.

Nous avons suivi une piste au milieu des bambous le long de la Mary River, les enfants au volant bien sûr, car pour eux c'est trop génial de conduire une petite voiture électrique: ça y est ils se croient les rois du monde, le permis en poche, ils feront le prochain tour du monde en voiture électrique!

La balade en voiture électrique
La balade en voiture électrique
La balade en voiture électrique

La balade en voiture électrique

Puis nous avons loué un bateau 2h pour aller voir si l'était possible d'apercevoir des crocodiles.

Nous sommes un peu étonnés qu'ils louent des bateaux sans conducteur sans même nous demander le permis pour parcourir une rivière infestée de crocodiles. Même si le bateau est petit et simple à conduire, le risque est là.. et nous ça nous botte alors tant mieux!

A quatre dans ce petit bateau, nous partons le long de la rivière, et au bout de 15 minutes nous apercevons un crocodile sur la berge. Jusque là nous ne savions pas vraiment où regarder, dans l'eau ou bien sur la berge?

Maintenant que Lilian a vu ce premier crocodile c'est plus facile, nous savons à peu près à quoi s 'attendre: sur la berge le crocodile pouvait aisément de confondre avec des branches d'arbres car il est complétement immobile. Maintenant que notre œil est aguerri, toutes les 5 ou 6 minutes l'un de nous en repère un sur berge, nous faisons demi-tour puis nous nous approchons à une 5 ou 6 mètres. Ils ont souvent la bouche ouverte et se mettent au soleil sur une berge plutôt plate, seul ou bien parfois à 2, un petit et un gros.

Nous les comptons: déjà 10 d'aperçus quand soudain, un petit crocodile repéré sur la berge et certainement effrayé par le bruit du bateau et de nos "ôh éh kiki !" (les Seraut sont bruyants) se précipite dans l'eau sans nous laisser le temps de le cadrer!

Ce coup de grisou se reproduit d'ailleurs avec d'autres crocodiles mais uniquement avec les plus petits, les grands devant être plus habitués aux bateaux.

Mais le crocodile n°15, lui, nous a tous surpris, d'une taille pourtant proche de l'adulte il a dégringolé la pente du haut de la berge où il avait l'air de dormir. Il a du paniquer car il est arrivé un peu vite et a percuté un arbre! Nous avons tous été pris de cours et seule Juliette a pu capter en vidéo ces 2 petites secondes très précieuses car impressionnantes.

Nous faisons attention à ne pas s'asseoir trop près du bord du bateau au cas où les Jumping Crocodiles auraient envie de sauter par dessus le bateau pour nous embarquer un bras ou une jambe. Nous évitons de bouge trop dans le bateau qui n'est pas très grand, et puis nous observons..

Bilan: 21 crocodiles  aperçus lorsque nous rendons le bateau. Et même si les enfants n'étaient pas très rassurés avant de partir (mais quand même très impatients), nous sommes tous ébahis et un peu fiers d'avoir pu approcher par nous-même et de si près les monstres des rivières d'Australie du Nord.

Plissez les yeux et essayer de repérer les crocodiles dans les photos ci-dessous!

balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !
balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !
balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !
balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !
balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !
balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !
balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !

balade en petit bateau à la recherche des crocodiles !

Départ du camping de Mary River où j'ai pu discuter juste avant de partir avec 3 couples de retraités 'australiens se promenant en LandRover équipé avec une tente pliable sur le toît et un coffre équipé pour la camping. Pendant ce temps Merric se cachait dans l'un des coffres du camping-car pour me faire peur!

Puis départ pour le parc national de Kakadu.

Merric dans le coffre!
Merric dans le coffre!
Merric dans le coffre!
Merric dans le coffre!

Merric dans le coffre!

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Cette première semaine à Darwin s'écoule tranquillement au rythme des activités aquatiques et des devoirs car les enfants doivent rattraper leur retard et renvoyer les devoirs aux professeurs pour la correction, et oui il faut bien un carnet de notes pour le 3ème trimestre!

Alors nouvelles règles! Travail scolaire tous les matins du lundi au vendredi (2 ou 3h grand max). Ouch, cette nouvelle règle rend les enfants K.O., ils s'étaient bien faits au non-rythme scolaire durant ces dernières semaines. Ils préféraient plutôt la règle du genre "pas de règle", ce qui a été notre leitmotiv depuis notre départ.

Bref, nous devons faire dans l'efficacité car en Asie nous n'aurons pas le confort d'un camping-car (..), pas de table fixe et de lieu au calme. Nous passons donc la seconde, voire la troisième vitesse pour qu'ils finissent leurs devoirs, Merric en avait 32 à rendre pour le trimestre et Juliette  12 pour le trimestre.

La journée nous allons aux parcs aquatiques, il y en a 2 ou 3 qui sont gratuits avec toboggan, jeux d'eau et piscine, j'imagine que la gratuité comble le fait que les touristes ne peuvent se baigner à la mer.

Et nous avons repéré le marché de Mindil Beach, un marché qui se tient le jeudi et le dimanche soir à partir de 16h30 le long de la plage de Mindil. Nous nous y précipitons bien entendu avec notre gros van, nous trouvons même de la place pour nous garer dans le champ jouxtant le marché.

La première partie du marché est faite de stand de nourritures en tout genre même s'il y a beaucoup de stand asiatiques, il est possible de trouver un stand de Churros (3$ le churros!!), un stand de barbapapa, 1 ou 2 stands de Kebab, burger et grillades. Plusieurs stands de boissons style granit ou de salade de fruits frais, un stand de pancake tenu par des asiatiques très efficaces, un stand de paella et même...un stand français! : La French tenu par des jeunes au look très soigné, pantalon et bretelles noires, chemise blanche, ils proposent à notre grande surprise.. de la raclette !! Raclette charcutière ou végétarienne. Et contre toute attente, les australiens ont l'air d'aimer. Je vous publie une photo de leur stand, le plus joli du marché.

La seconde partie du marché est composée de stands de vente d'objets avec parfois des activités (cirque, manipulation de fouet), et des stands de vêtements, chapeaux, bijoux et autres création sympathique.

Lilian et moi mangeons du poulet au Curry rouge, et les enfants crèpes et Raclette!! Balade sympathique le jeudi et le dimanche soir. 

Nous assistons également au Sunset -coucher du soleil- sur la plage où beaucoup de gens s'asseyent pour contempler l'astre magique se cacher derrière l'horizon. La vue est magnifique, surtout à marée basse, le sable humide faisant scintiller des liserets d'eau aux derniers rayons du soleil. Nous allons même toucher l'eau comme pour dire aux crocodiles "on sait que vous êtes là-dessous cachés quelque part mais nous n'avons pas peur" :)

Bref, 1ère semaine de repos très sympathique avant de reprendre la route pour parcourir le parc national de Kakadu.

La vue derrière le rideau de notre lit dans le campingcar, superbe au réveil !!

La vue derrière le rideau de notre lit dans le campingcar, superbe au réveil !!

Au marché, il y a régulièrement de la musique : un batteur et un autre gars qui jouait du Didgeridoo, un instrument à vent en bois aborigène que vous pouvez apercevoir sur l'une des photos. 

Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique
Mindil Beach Market et le parc aquatique

Mindil Beach Market et le parc aquatique

Pendant les premiers jours à Darwin notre réveil a été ponctué de vrombissements d'avions. Il se trouve qu'il y un aéroport international et un militaire à Darwin d'où décollent des F18 Hornet, que l'on regarde passer avec intérêts. Ils ne nous réveillent pas car passent entre 8h et 10h.

Le F18 Hornet

Le F18 Hornet

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Nous voilà arrivés à Darwin et ouiiiiii il fait chaud !!!

La végétation est complétement différente, elle est exotique faite de palmiers et de cocotiers de toutes sortes. Au premier abord c'est plutôt joli. Darwin est une ville étendue parcourue de 2 voies assez larges bordées de magasins et zones commerciales.

Nous devons trouver un bon camping où nous allons rester environ 3 à 4 semaines entrecoupées de visites dans les parcs nationaux aux alentours. En s'aidant de notre application Campermate nous visitons un premier camping un peu tristounet et trop calme à notre goût, puis un second qui fera notre affaire: le Free Spirit Resort.

Les derniers campeurs rencontrés dans les aires de repos nous ont indiqué qu'il n'était pas possible de se baigner à Darwin à cause des Saltwater, les crocodiles de mer qui vivent autour de Darwin; Ils sont descendus des estuaires des rivières aux alentours et se sont adaptés à l'eau de mer.

Le camping a donc une piscine-restaurant qui nous permettra de nous rafraichir car il fait soleil en permanence ici. Au sud de l'Australie il y a 4 saisons inversées par rapport à nos saisons européennes de l'hémisphère Nord, et au nord de l'Australie il n'y a que 2 saisons: une saison sèche de mai à octobre puis une saison 'humide' avec des températures entre 25 et 32° indifféremment pour l'une ou l'autre des saisons.

Nous n'aurons donc que du beau temps jusqu'à notre départ pour l'Asie.

En arrivant, nous voyons un drapeau du Northern Territory (noir et rouge sur la photo ci-dessous), c'est le drapeau du Territoire du Nord autrement dit la région où se trouve Darwin. L'Australie est divisée en 6 états et 2 territoires. L'Australie est un royaume uni ou fédération (à la mode du Royaume Uni de Grande Bretagne) qui regroupe donc un pouvoir fédéral et un pouvoir au sein des états et territoires. La différence entre un état et un territoire est la relation constitutionnelle entre le pouvoir fédéral et l'état ou le territoire.

Pour faire simple un état est plus autonome qu'un territoire et le Territoire du Nord n'est pas un état car il ne regroupe pas une population assez importante du fait qu'il soit formé principalement d'étendues arides désertiques.

Bref la notion de Territoire ou Etat est assez importante en Australie un peu comme aux Etats Unis, et donc pas aussi forte que le régionalisme chez nous.

Arrivée à Darwin et quelques photos du front de mer
Arrivée à Darwin et quelques photos du front de mer
Arrivée à Darwin et quelques photos du front de mer
Arrivée à Darwin et quelques photos du front de mer

Arrivée à Darwin et quelques photos du front de mer

Après au moins 1 heure de discussion à l'accueil du camping pour réserver le meilleur emplacement, nous nous installons. Le camping est très grand et très beau, de grands troncs de palmiers et cocotiers délimitent les emplacements et leurs branches les ombragent. L'endroit est assez paradisiaque.. Le coin piscine est bien agencé avec restaurant, bar et musique live à partir de 17h.

Nous prévoyons de rester une semaine sur place puis de repartir environ une semaine pour visiter le Parc de Kakadu, puis de revenir finir les derniers jours ici.

Quelques photos de la végétation du camping, exotique et magnifique
Quelques photos de la végétation du camping, exotique et magnifique
Quelques photos de la végétation du camping, exotique et magnifique

Quelques photos de la végétation du camping, exotique et magnifique

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Nous quittons Alice Springs sans regret.C'est une ville qui a l'air néanmoins agréable, mais nous n'y restons pas, cap vers la chaleur, au plus vite car ici le vent était toujours aussi frais, malgré le soleil.

Sur la route pour Darwin, nous devrons encore faire deux nuitées avant d'arrivée sur place. Nous nous arrêtons en chemin pour aller voir les fameuses Devils Marbles (les billes du Diable), des roches de granit rondes formées par l'érosion du vent et de l'eau sur le granite. Les Devis Marbles sont appelés Karlu-Karlu par les peuples aborigènes qui les considèrent comme sacrés. Leur forme, leur taille et leur couleur au coucher du soleil en font leur attrait. Ces rochers sont arrondies de façon régulière, on dirait qu'ils ont été façonnés par l'homme!

Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)
Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)
Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)
Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)
Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)
Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)

Dab près de Devils Marbles (les billes du diable)

Ce soir nous dormirons dans une aire de repos, au bord de la Stuart Highway bercés par les Road Train (convois de camion) qui transportent bétail et marchandises du Nord au sud, puis du Sud au Nord.

Nous arrivons près de l'aire de repos, déjà quelques caravanes sont installées. Nous cherchons l'entrée de l'aire par une piste et traversons une voie ferrée.

A Coober Pedy, JR et Sue Helen (les australiens qui avaient la caravane Cougar super luxe) nous avaient dit qu'il fallait faire attention aux crocodiles à partir de la ville de Tennant Creek, c'est-à-dire à 100 kms plus au nord, mais nous allons quand même nous méfier car nous avons repéré un point d'eau pas loin de l'aire où nous sommes maintenant installés.

Mais c'était sans compter le caractère aventureux un peu provocateur de Lilian qui se précipite voir le point d'eau de plus près, avec à ses trousses la smalla et la madre qui se méfient.

Nous marchons en faisant attention aux serpents, tous ensembles, main dans la main. Lilian se rapproche du bord de l'eau pour éventuellement apercevoir un crocodile à égorger :) Moi j'essaye de me souvenir du montant de son assurance vie...certainement pas assez!

Finalement, rien ne se passe, Crocodile Dundee rengaine son poignard..un peu déçu..mdr

Au retour, un bruit soudain provenant du sol derrière des herbes nous surprend et je pousse Juliette à ma gauche... ouf ce ne sont que des perdreaux qui se sont envolés à notre passage (d'après Lilian ou une espèce ressemblante).   

Ce soir, pas de feu car le feu est interdit en dehors des installations prévues pour et notre voisin, un motard, les utilise déjà. Nous apercevons quelques dingos qui sont venus rôder et glaner quelque nourriture laissée par les touristes de passage.

la piste pour se rendre à l'aire de repos et un dingo
la piste pour se rendre à l'aire de repos et un dingo
la piste pour se rendre à l'aire de repos et un dingo
la piste pour se rendre à l'aire de repos et un dingo
la piste pour se rendre à l'aire de repos et un dingo

la piste pour se rendre à l'aire de repos et un dingo

Le lendemain nous croisons un convoi exceptionnel transportant une maison! Puis un bœuf écrasé sur le bas côté..

Et encore un feu qui borde la route, un feu pratiquement éteint ce qui laisse un paysage noircit, triste et une végétation qui doit redoubler d'effort pour survivre. Depuis le début du désert nous apercevons des parties de végétation brûlées au bord de la route. Au début nous avions pensé que c'était des départs de feu, mais nous ne voyions jamais aucun homme ou véhicule incendie. et le feu paraissait s'être arrêté tout seul pas et se cantonner aux abords de la Stuart Highway.

Lilian pense qu'il pourrait s'agit de feux volontaires de type écobuage.

Dans tous les cas cela offre un paysage encore plus étrange, parfois même le sol fume encore..

Nous avons encore une halte dans un camping ce soir et demain nous arriverons à Darwin!

Un convoi exceptionnel et le bord de la route brûlé
Un convoi exceptionnel et le bord de la route brûlé
Un convoi exceptionnel et le bord de la route brûlé
Un convoi exceptionnel et le bord de la route brûlé

Un convoi exceptionnel et le bord de la route brûlé

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Nous n'aurons que 2h30 de route pour atteindre Alice Springs, nous y serons donc vers midi.

En roulant nous apercevons une voiture arrêtée sur le côté, nous nous arrêtons pour voir si nous pouvons aider. Une femme aborigène et un enfant nous font signe. Ils sont en panne d'essence; Nous n'avons que du gasoil et ne pouvons les dépanner. Nous proposons à la femme de l'emmener à Alice Springs mais elle ne veut pas elle préfère rester ici, apparemment sont mari s'est déjà fait emmener pour aller chercher de l'essence. Nous lui demandons depuis combien de temps elle est là avec ses 4 enfants et elle nous répond que cela fait longtemps: nous lui laissons notre bidon d'eau et des verres pour que les enfants boivent et nous repartons.

la route
la route

la route

A Alice Springs nous allons visiter le musée du Camion (le National Road Transport). Nous qui admirons tous ces énormes convois de camions magnifiques, nous avons l'occasion de les voir de plus près.

Un hall entier est consacré aux camions de la marque australienne Kenworth, qui est certainement un pionner de l'industrie mondiale de fabrication du Camion étant donné les besoins de ce pays en termes de convoyages de fournitures sur des milliers de kilomètres.

Les camions sont plus gros et flamboyants les uns que les autres, avec de superbes couleurs. Et leur aménagement intérieur assez confortables pour certains destinés à de longues distances.

Voici quelques photos:

 

Alice Springs
Alice Springs
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum
Trucks Museum

Trucks Museum

Après les camions, nous profitons pour aller voir la partie dédiée aux trains et nous cédons à la tentation de faire un "petit tour de petit train". Nous montons tous les 4 sur un train miniature convoyé par un chauffeur spécialement envoyé pour nous conduire (oui nous sommes les seuls). Le petit train a 3 ou 4 wagons que nous enfourchons comme des chevaux, puis le chauffeur démarre et fait retentir le klaxon du train par 2 fois pour annoncer notre départ (lol).

C'est parti pour 2 tours de rails entre le jardin et l'autre côté du musée de trains. Un peu plus loin à notre passage, une femme (aborigène), spécialement envoyée pour nous, secoue avec entrain un drapeau rouge et un vert pour faire comme si nous arrivions à la gare, c'est tellement pittoresque que nous nous éclatons de rire. Le chauffeur se prend au jeu également: il fait siffler le train à chaque tour, comme il a l'air tellement fier.

Nous rigolons beaucoup, nous avons tous fait une vidéo que nous pourrons vous montrer en rentrant. Very funny!

Le petit tour de petit train
Le petit tour de petit train
Le petit tour de petit train

Le petit tour de petit train

Au camping: Seiches à la plancha à l'Aioli

Au camping: Seiches à la plancha à l'Aioli

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Après la visite de Uluru/Ayers Rock, Field of Lights et Kata Tjuta, nous reprenons la route pour rejoindre Kings Canyon un Canyon, 4h de route nous attendent (encore 4h).

Nous devons de nouveau faire un crochet à l'ouest et quitter la Stuart Highway qui nous mènera plus tard à Alice Springs. Une partie du canyon est sacrée pour les aborigènes et ses murs mesurent 100m de haut, assez exceptionnel dans le désert.

Nous faisons route jusqu'à notre destination, nous passons encore à côté de plusieurs Wallabies écrasés, et même de carcasses de bœuf littéralement blanchies.

Le lendemain matin nous nous rendons à Kings Canyon pour faire une randonnée. Il fait vite chaud en plein soleil à partir de 10/11h, nous choisissons donc de faire la randonnée moyenne qui dure 1h sans savoir réellement à quoi nous attendre.

Cette marche nous fait parcourir l'intérieur du canyon, la gorge est ombragée par de grands arbres et le lieu est magnifique, mais finalement après à peine 20 minutes de marche nous arrivons déjà au bout de la randonnée qui a été fermée à cause de la chute d'un rocher un peu plus loin. Nous rebroussons chemin et rejoignons le départ des randonnées puis nous tentons la plus grande et la plus dure des randonnées,celle qui se fait en environ 3h de marche. 

Nous n'avons pas prévu assez d'eau pour marcher 3 heures mais nous avons envie de gravir au moins la première partie de cette randonnée qui est d'ailleurs la partie la plus physique: une bonne grimpette de marches assez hautes et peu régulières pour atteindre le sommet du Canyon et profiter du paysage. Il y a beaucoup de personnes qui gravissent les marches et certains sont essoufflés, c'est assez rude. Juliette est en jogging et ne retrouve pas son short dans le sac et déjà les enfants ont soif. Les trois petites bouteilles d'eau que nous avons pris seront vite vides.

Arrivés en haut, le paysage est très beau : de la pierre dorée à perte de vue, légèrement ocre par endroit. Nous croisons quelques français et des australiens avec qui nous discutons, ils connaissent la France et sont allés à Paris pour le Bastille Day (14 Juillet), à Bordeaux, à Avignon.....et même à Verdun!

Arrivés en haut la randonnée devient plus facile car c'est plat, mais comme il y a déjà bataille pour la moindre gorgée d'eau nous n'allons pas continuer bien loin. Et oui s'il est vrai que nos enfants n'aiment pas les soda, ils adorent l'eau et ont toujours l'impression qu'ils vont mourir s'ils ne peuvent pas boire. Donc pour éviter de devoir transporter deux corps sans vie, nous préférons redescendre...lol

 

Kings Canyon - la gorge ombragée
Kings Canyon - la gorge ombragée
Kings Canyon - la gorge ombragée
Kings Canyon - la gorge ombragée
Kings Canyon - la gorge ombragée
Kings Canyon - la gorge ombragée
Kings Canyon - la gorge ombragée

Kings Canyon - la gorge ombragée

Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet
Kings Canyon - le sommet

Kings Canyon - le sommet

Puis, le feu aux fesses, nous reprenons la route pour atteindre Alice Springs et se rapprocher de la chaleur du nord. Nous devons faire demi-tour pour rejoindre Stuart Highway car il est impossible d'emprunter la route qui permettrait de rejoindre Alice Springs par l'ouest: cela nous ferait gagner au moins 4h de conduite mais cette route n'est pas goudronnée et impraticable avec un Camping-car 2 roues. C'est également une route payante qui passe par un territoire aborigène.

Nous n'atteindrons pas Alice Springs ce soir car il reste encore 6h de route. Nous ferons un stop à Erlunda Road House, au "Centre of the Centre".

Erlunda Road house est à la fois une station essence, un bar-restaurant, un hotel et un camping pour accueillir les routiers et vacanciers de passage. Il y a également une ferme à Emeus et une ferme à Kangaroo. Nous passerons la nuit ici.

Dès notre arrivée nous rejoignons le bar-restaurant pour que les enfants puissent faire leur devoirs et que nous puissions programmer la suite de l'itinéraire.

Nous discutons avec le gars du guichet de la superette car il est français (son accent ne trompe pas :) ), sa compagne et lui travaillent pour re-mettre de l'argent de côté puis ils vont repartir voyager en Australie; Ils gagnent 25 AUS$ de l'heure, soit environ 17€ de l'heure et travaillent de nombreuses heures par semaine, ici il n'y a rien d'autre à faire.. et ils sont 25 comme cela à travailler dans cette Road House!

Eux, ils sont partis de France depuis 1 an dans plusieurs pays (notamment en Asie) et en discutant avec eux nous découvrons qu'ils habitent à Lyon dans le 7ème arrondissement, certainement pas loin de mon bureau! Quelle coïncidence, le monde est petit!

Je discute également avec un couple d'Australien à la retraite qui habite pas très loin de Brisbane, c'est l'occasion de pratiquer un peu plus profondément l'anglais et d'échanger sur la culture australienne. Même s'ils ne parlent pas Français, ils connaissent la France et sont déjà allés à Lyon, ils sont même au courant que nous avons depuis peu un nouveau président car comme ils disent "Marine n'a pas eu assez de voix". Je suis étonnée de leur connaissance et de leur intérêt pour la France. Lui, était conseiller financier et elle assistante de professeur (genre Atsem) et au détour d'une conversation ils me disent que notre pays a eu du courage par sa prise de position sur la Burka. Lorsque nous parlons de l'Asie comme notre prochain étape, l'homme  me fait comprendre qu'ils ne pourraient pas y aller car ils n'aiment pas les gens d'origine asiatique, certainement parce qu'il y en a en nombre dans leur pays. Je constate qu'ils ont des idées assez arrêtées. Bref nous échangeons quelques points de vue sur nos vies et notre parcourt. 

La soirée se termine là. Demain matin nous partirons pour Alice Springs que nous atteindrons au début d'après-midi, youpiiii. Alice Springs est le centre de l'Australie donc le début du Territoire du Nord où nous devrions trouver la chaleur.

Voir les commentaires

Publié le par ASo

Nous voici maintenant assez proche pour atteindre Ayers Rock ce soir, il nous faudra encore parcourir 338 kms soit environ 4h30 de route, 4h30 de paysages à la terre de plus en plus ocre, parfois plusieurs kilomètres sans apercevoir un arbre, puis quelques uns parsemés, parfois des herbes d'un jaune très pâle, puis plus d'herbe du tout. Le paysage change mais reste globalement aride avec une végétation limitée résistant aux températures et au manque d'eau.

Nous roulons depuis près de 4h au milieu de nulle part et nous bifurquons de la Stuart Highway sur la Lasseter Highway, l'accent de la nana du GPS me fait toujours rire quand elle prononce le nom des routes: c'est un mélange de Skynet et du CD audio de l'Anglais pour les nuls :)

Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping
Sur la route et quelques photos du camping

Sur la route et quelques photos du camping

Nous  ferons partie des 400 000 touristes qui visitent Ayers Rock chaque année c'est en effet l'un des rares lieux touristiques de cette route aussi il est très fréquenté et connu au-delà des frontières de l'Australie.

Je me souviens d'ailleurs d'un bar du premier arrondissement de Lyon qui portait son nom et où je sortais avec ma copine Sev'. Bref je ne sais pas s'il existe encore (en fait si, je viens d'aller consulter Google mon ami, et je constate qu'il y a même un Ayers Rock Boat, à faire à notre retour alors!).

Cela pour dire que même si la France est géographiquement éloignée de l'Australie il y a quand même des liens spéciaux entre la France et l'Australie du fait de la colonisation que les explorateurs français ont disputé aux anglais et nous rencontrons beaucoup d'australiens qui aiment la France, qui sont allés à Paris ou même à Avignon, Marseille, Lyon.. ou qui souhaitent y aller, et inversement beaucoup de nos compatriotes vivent en Australie (la plupart du temps ce sont des jeunes backpackers -voyageurs en simple sac-à-dos). Nous sommes même surprise que les Australiens connaissent la célébration française du Bastille Day comme ils disent, autrement dit notre 14 juillet à nous.

Bref, je m'éloigne du sujet de Ayers Rock;

L'intérêt d'Ayers Rock réside en plusieurs aspects: tout d'abord ce que l'on constate au premier abord, c'est une formation géologique surprenante au plein milieu du désert...plat et sablonneux. En termes géologiques c'est une "montagne-île", une formation rocheuse du sous-sol dégagée par l'érosion.

La deuxième particularité est que ses teintes varient selon la lumière du jour, ce qui rend certains moments de la journée particulièrement photogéniques, au lever et au coucher du soleil par exemple où pendant 2 voire 3 minutes la roche se pare d'un rouge-ocre profond et inimitable. Les nuages ne gâchent rien au paysage et ajoutent au mystère du lieu, puisque le troisième et dernier intérêt de ce site et celui qui n'est pas visible à l'œil nu est son caractère sacré pour deux peuples aborigènes. Ils y pratiquent des rituels et des peintures rupestres, témoignant de leur vie et de leur culture. Et cela depuis des années. 

D'ailleurs, dans la réalité, ce lieu n'est appelé Ayers Rock que par les étrangers car il porte maintenant le nom de Uluru, ce nom aborigène lui a été attribué en 1993, après avoir été initialement nommé Ayers Rock en hommage à Henry Ayers, premier ministre d'Australie Méridionnale au XIXème siècle. Puis la tendance vers une meilleure reconnaissance du peuple aborigène a permis la double dénomination Ayers Rock/Uluru, puis Uluru/Ayers Rock

L'homme fait parfois machine arrière après les périodes de colonisation, mais la marche arrière est quand même moins rapide que la marche avant....Les aborigènes ne paraissent pas réellement intégrés à la vie Australienne, nous en saurons un peu plus d'ici quelques semaines.

Donc nous roulons, que dis-je nous faisons crisser les roues pour atteindre le graal..ou au moins Uluru!

Il y a également Kata Tjuta que nous irons voir, une autre formation géologique à proximité de Uluru. Nous allons donc passer 2 jours sur place.

Nous ciblons une aire de repos et pensons pouvoir y passer la nuit et y faire un feu comme la veille. Nous en avons repéré une qui a de bons commentaires sur Internet (Campermate), malgré quelques remarques sur l'accessibilité en 2 roues.. Mais bon, le Seraut n'a peur de rien, nous irons tenter notre chance !

Nous voilà enfin au bout de la route.....et c'est bien d'ailleurs cela notre problème! Nous arrivons au bout de la route, après c'est une piste, une belle piste de sable fin ocre..

Tout d'un coup tout se met en branle dans le camping-car, les assiettes rebondissent l'une sur l'autre, les verres s'entrechoquent, les tiroirs mal fermés s'ouvrent, la plaque du four saute à la cadence des zébrures de la route, les enfants sortent (enfin) le nez de leur jeu pour demander ce qu'il se passe. Mais rien à faire, nous ne nous entendons plus, c'est un vrai vacarme, Lilian a beau ralentir ou surfer de droite à gauche pour trouver un endroit de la route un peu plus praticable, mais c'est toujours pareil..

De mémoire l'aire de repos est à 9 kms au bout de cette rou...piste. Nous avons déjà roulé quelques maigres kms qui nous ont paru éternellement longs et à 10 km/h cela risque de nous peser, sachant que l'aire n'est pas forcément accessible en 2 roues, il semble donc plus raisonnable de faire demi-tour maintenant.

Nous croisons un ou deux 4x4 qui semblent voler littéralement sur cette piste, en nous laissant en plus d'un goût amer, une poussière ocre que nous subirons. Nous, amoureux des 4X4 ne pouvons que regretter de n'être qu'en camping-car 2 roues..

Nous sommes maintenant un peu fatigués car la route a été longue et nous devons rebrousser chemin pour atteindre le seul camping du coin. Nous serons donc en terrain connu ce soir. 

Bref, après des heures sur une route désertique (..), nous bifurquons pour aller au camping et avec surprise nous entrons dans un énorme Resort, autrement dit un complexe hotelier énorme, constitué de plusieurs hôtels. Des hôtels à l'horizontal car ici la place ne manque pas, de différentes qualités avec des chalets ou des Lodge, des restaurants, des magasins, des arrêts de bus et un camping, le nôtre, enfin celui où nous voulons aller.

Au milieu de nulle part nous nous retrouvons dans un grand complexe, une véritable petite ville travaillant au service des touristes, c'est assez surprenant. Nous nous garons sur notre emplacement et rejoignons le bar du camping pour un petit B&B, c'est-à-dire un Billard + Bière.

Puis ensuite nous partons voir Uluru/Ayers Rock, cette fameuse formation géologique car c'est au coucher ou au lever du soleil qu'elle prend les teintes les plus exceptionnelles.

Nous rejoignons le site ou plusieurs 4X4 et camping-car attendent déjà l'évènement. Nous profitons pour faire des photos de ce gros rocher car il change de teinte chaque minute et le paysage est magnifique. Je vous laisse juger par vous-même:

Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..
Album de Uluru à qui change de minute en minute..

Album de Uluru à qui change de minute en minute..

Puis petite soirée tranquille au son du chanteur Bushman Rock qui gratte sa guitare et nous joue des titres connus. De grandes tables en bois accueillent les touristes et les locaux pour le repas barbecue typique proposé tous les soirs: bière, rôti d'agneau et sauce barbecue.

Un peu plus tard alors que nous mangeons entre nous dans le camping-car, nous apercevons un dingo qui lorgne sur le repas de nos charmants voisins: un couple d'une soixantaine d'année avec un 4x4 violine assorti à la chevelure de madame. Ils envoient quelques morceaux de viande au Dingo, ce qui fait rager Merric car nourrir les Dingos est formellement interdit, même s'ils ressemblent à des chiens, ce sont des animaux sauvages qui ne doivent pas s'habituer à vivre de l'homme et pourraient représenter un danger pour les enfants s'ils se promènent dans les campings. 

Bref, nous sommes contents de voir nos premiers Dingo, Merric court après dans le camping pour compléter son album photo et publier un Insta :)

Nous repérons une activité qui nous a l'air sympathique à faire: Field of Lights, c'est un truc un peu fou: un champ de lumières réalisé par l'homme avec une multitude d'ampoules lumineuses qui changent de couleur. C'est l'idée d'un Anglais Bruce Munro après avoir traversé l'Australie avec sa fiancée. Bref nous sommes curieux de voir cela.

Nous avions souhaité réserver une soirée à Field of Lights mais malheureusement c'était complet et à la place du coucher du soleil nous avons du s'inscrire pour la visite du lever du soleil le lendemain demain matin. Cela fait très longtemps qu'on ne s'est pas levé tôt...

Le lendemain matin, le réveil que Juliette avait programmé sonne à 4h15, ouille ça pique surtout que c'est 30 minutes trop tôt. Et oui depuis quelques jours nous constatons que certains équipements électroniques ont changé d'heure, ils ont 30 minutes de moins que les autres. Nous savons qu'il y a plusieurs fuseaux horaires en Australie pourtant d'après la radio l'heure n'a pas encore changée, mystère...

Bref, il est 5h15 et ça pique les yeux et il fait froid. Il faut partir et traverser le camping à pied pour aller prendre la navette sans faire de bruits car tout le monde dort. Après avoir oublié les billets dans le camping car (..) nous prenons finalement le bus pour arriver à ce fameux champ de lumière. Le soleil n'est pas encore levé et nous pouvons nous promener dans ce champ totalement artificiel avec des lumières alimentée évidement par l'énergie solaire. Cela paraît assez étrange et pourtant nous n'en sortons pas transis. Nous trouvons que cette "création" n'est pas en accord avec le paysage et l'environnement si sauvage et n'est pas réellement fabuleuse à voir. Nous profitons du lever du soleil avec un café et un thé chaud et apercevons de nouveau Uluru au loin et Kata Tjuta de l'autre côté.

 

Field of LightsField of Lights
Field of LightsField of Lights
Field of LightsField of Lights
Field of LightsField of Lights

Field of Lights

Lever de soleil à côté de Field of lights, on voit Uluru au loin
Lever de soleil à côté de Field of lights, on voit Uluru au loin
Lever de soleil à côté de Field of lights, on voit Uluru au loin
Lever de soleil à côté de Field of lights, on voit Uluru au loin
Lever de soleil à côté de Field of lights, on voit Uluru au loin

Lever de soleil à côté de Field of lights, on voit Uluru au loin

Le lendemain nous allons voir KataTjuta l'autre formation rocheuse. 

Nous reprenons donc un peu la route et croisons encore des paysages merveilleux avec des contrastes de couleur étonnant. Voici quelques photos prises en roulant.

La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta
La route pour Kata Tjuta

La route pour Kata Tjuta

Au coeur de l'outback australien: Ayers Rock (Uluru et Kata Tjuta)

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>

Catégories

Archives

Articles récents

Hébergé par Overblog